14 jours à la Réunion | Jour 5

La Route des Laves

Date du voyage : lundi 9 avril 2018

Aujourd’hui, nous terminons notre exploration de la côte Est en passant par la route des Laves. Nous y découvrirons le Grand Brûlé et ses nombreuses coulées de lave mais aussi quelques points de vues incontournables de La Réunion : La Pointe du Tremblet et le Cap Méchant. Allez, c’est parti !

08h30

Notre-Dame des Laves

Premier arrêt, la petite commune de Piton Sainte-Rose célèbre pour son église qui, lors de l’éruption du Piton de la Fournaise a été épargné « par miracle » par le volcan. L’histoire prend place en 1977. Le Piton entre en éruption et des fissures apparaissent en dehors de l’enclos, ce qui n’était pas arrivé depuis plus de 170 années. La lave se déverse sur les pentes détruisant une partie de la forêt et atteignant rapidement le village de Piton Sainte-Rose. Des maisons et des commerces sont détruits mais l’église est en épargnée. Un miracle ? En réalité, la gendarmerie a également bénéficié du même sort. L’étroitesse de l’entrée de ces bâtiments possèdent une température plus basse qui a permis à la lave une solidification plus rapide, l’empêchant de rentrer davantage.

Notre-Dame des Laves
Notre-Dame des Laves
2m de lave entoure l'Église
2m de lave entoure l'église
Un accès a été creusé dans la lave.
Un accès a été creusé dans la lave.
09h00

Anse des Cascades

Nous atteignons maintenant la anse des cascades. C’est un petit port de pêche qui a été aménagé pour en faire un parc et un espace de pique-nique. Sur la rive, vous pouvez voir des petites bestioles sauter à chaque vague qui s’abat sur les rochers. Il s’agit de cabots sauteurs, des petits poissons qui ne savent pas très bien nager et qui donc sautent pour se déplacer.

ça alors !

Anse, baie, rade ?

Il existe tant de mots de vocabulaire pour décrire le littoral et j’avoue que l’on s’y perd rapidement. Des petites explications s’imposent donc :
Une baie est une échancrure du littoral, c’est-à-dire une partie de la rive érodée par l’eau, il s’agit d’un terme générique. Selon ses caractéristiques, sa profondeur ou sa taille entre autres, on la nommera différemment. Par exemple, si la baie est petite, on parlera de anse et si elle est très grande, on l’appellera golfe. Une rade, quant à elle, est une large baie peu profonde avec une échancrure étroite qui est utilisée majoritairement pour le mouillage des bateaux. Quant aux criques, ce sont des baies rocheuses, étroites et acérées. Attention aux calanques, à la différence des baies, elles ne sont pas le résultat de l’érosion mais sont issues d’un phénomène terrestre (comme le mouvement des plaques tectoniques).

Kiosque pour pique-nique
Kiosque pour pique-nique
Les cascades se déversent dans l'océan
Les cascades se déversent dans l'océan
Les nombreuses cascades de la anse et sa végétation luxuriante
Les nombreuses cascades de la anse et sa végétation luxuriante
09h30

La Route des Laves

Nous y voilà ! Nous roulons maintenant sur les terres du volcan, le Grand Brûlé. C’est par ici que la lave se déverse lorsque la Fournaise entre en éruption, la zone est donc inhabitable, seule la route nationale 2 la traverse. La route s’étend de Sainte-Rose à Sainte-Philippe en passant par deux forêts (la forêt de Bois Blanc et la forêt domaniale du Grand Brûlé) et plusieurs coulées de laves (datées de 2001, 2004 et 2007) repérables grâce à des bornes le long de la route.

Le Grand Brûlé et en arrière plan, l'océan
Le Grand Brûlé et en arrière plan, l'océan

On pourrait croire qu’il n’y a rien de particulier à tirer de ce paysage lunaire, que nenni ! Nous y observons des étendues grisâtres entrecoupées de champs noirs d’où naissent divers végétaux. En effet, plusieurs années après une éruption, la nature reprend ses droits. Les lichens stereocaulon vulcani ou fleurs de roche, sont les premières espèces végétales à pousser sur la lave, la parant d’un drap gris. Ensuite, c’est au tour des bois de chapelet et des fougères nephrolepis abrupta de naître du humus créé par les lichens décomposés. Le paysage change donc peu à peu et se reconstruit. Il faudra cependant attendre plusieurs siècles pour reconstituer une forêt.

Bois de chapelet sur fond de lichens et fougères
Bois de chapelet sur fond de lichens et fougères
Fougères
Fougères
Sensitive ou mimosa pudica se rétractant pour se protéger
Sensitive ou mimosa pudica se rétractant pour se protéger

Puis, en observant d’un peu plus près les coulées, on remarque que la lave a pris des formes multiples, tantôt lisses dites pāhoehoe, tantôt granuleuses, appelées a’a. Le pāhoehoe est un type de lave qui en refroidissant forme une croûte lisse en forme de cordées. Quant au a’a, la lave est plus visqueuse et comporte davantage de gaz, en refroidissant elle prend un aspect acéré et chaotique.

Fissure au milieu d'une lave cordée
Fissure au milieu d'une lave cordée
Pāhoehoe aux reflets bleutés
Pāhoehoe aux reflets bleutés
La présence de fer et de souffre créé ce dégradé du rouge au jaune/vert
La présence de fer et de souffre créé ce dégradé du rouge au jaune/vert
Lave de type a'a
Lave de type a'a
Vitrification partielle de la silice
Vitrification partielle de la silice
10h30

La Pointe du Tremblet

Nous quittons ces étendues basaltiques pour nous diriger à présent vers la pointe du Tremblet qui offre un superbe point de vue sur l’océan. Nous nous garons sur un parking sur le côté de la nationale puis descendons à pied jusqu’à la côte. En chemin, une sympathique pancarte nous rappelle l’interdiction de baignade et le risque de requin mais compte tenu de la houle, l’idée ne nous a même pas traversé l’esprit ! Nous longeons la rive en marchant sur une ancienne coulée de lave. Le paysage est très contrasté : d’un côté le bleu de l’océan, en face une flore verdoyante et sous nos pieds la noirceur de la lave. Nous continuons à marcher jusqu’à une petite plage de sable fin surmonté d’une falaise escarpée d’où s’écoulent trois magnifiques cascades.

La pointe du Tremblet
La pointe du Tremblet
11h30

Le cratère de 1986

Nous continuons notre exploration volcanologique et nous arrêtons pour emprunter un sentier jusqu’à un ancien cratère du Piton. L’accès n’est pas très entretenu et l’on se croirait dans une jungle. Les moustiques sont également de la partie malheureusement. Ce lieu est intéressant car il est le témoin des éruptions survenues en mars 1986 qui ont permis de mieux comprendre la structure interne du piton de la Fournaise. À cet endroit, ce ne sont pas moins de 5 millions de mètre cube de lave qui se sont écoulé en créant une avancée de 25 hectares sur la mer dont la pointe de la Table.

12h30

La Marmite du Pêcheur

Nous faisons une pause sur la Cap Méchant au restaurant La Marmite du Pêcheur pour un bon repas, nous partageons la spécialité du restaurant : le  riz pilé (35€, pour deux)que nous accompagnons avec un cocktail. En fin de repas, grâce au Guide du Routard une dégustation de rhum arrangé maison nous est offerte :

  • Rhum arrangé au corossol
  • Rhum arrangé secret (avec sirop de goyavier)
  • Rhum arrangé banane
  • Rhum arrangé ti’jacques

C’est un délice ! Petite mention pour le rhum arrangé de la maison dont le contenu ne nous a pas été révélé mais où l’on a pu deviner le sirop de goyavier <3

 

En dessert, j’opte pour un carpaccio d’ananas victoria et son sorbet à la pomme. Un régal qui passe tout seul après ce plat bien copieux.

Total de la note : 28,5€ (plat, dessert, cocktail).

ça alors !

Kossa il lé le riz pilé ?

 

Servi sur une feuille de bananier, le plat consiste une portion de riz accompagné de légumes et servi avec pas moins de 4 caris différents : zourites, poisson entier, poulet et porc-palmiste. Le tout étant originaire de Saint-Philippe ou des alentours, le restaurant favorise l’utilisation de produits locaux.

Le plat est prévu pour deux personnes et est à manger avec les doigts.

 

Source : facebook.com/reunionla1ere/

Riz pilé et son cortège de cari
Du rhum en veux-tu en voilà !
Du rhum en veux-tu en voilà !
15h00

Le sentier botanique de Mare-Longue

Ce sentier parcourt une forêt primaire au climat tropical humide se trouvant sur une ancienne coulée de lave recouverte par la végétation. De nombreuses espèces de végétaux y sont présentes et les arbres disposent d’un petit écriteau avec leur nom. Le sol est majoritairement constitué de basalte, empêchant les racines de s’y implanter, elles jonchent donc le sol en prenant des formes surprenantes.

17h00

Cap Méchant

Nous terminons cette journée par une halte au Cap Méchant. Il s’agit de falaises de basalte escarpées dont la couleur contraste avec le bleu de l’océan. Le sol est recouvert d’une pelouse dite gazon bord de merzoysia tenuifolia, que les Réunionnais appellent herbe pique-fesse, je vous laisse deviner pourquoi. Le lieu est propice aux pique-nique et aux petites balades le long de la côte. On y trouve également des vacoas facilement reconnaissables grâce à leurs racines aux multiples ramifications apparente. Un peu comme si l’arbre étant monté sur pilotis. Le fruit du vacoa ou pimpin se présente sous la forme d’une boule verte constitué d’environ 300 graines. Son cœur est comestible mais nous n’avons pas eu l’occasion d’y goûter.

Cap Méchant
Cap Méchant
Coulée de lave de 1986
Coulée de lave de 1986
Herbe pique-fesse, palmiers et vacoas
Herbe pique-fesse, palmiers et vacoas
Coquillage accroché à la roche à Cap Méchant
Coquillage accroché à la roche à Cap Méchant

ça peut servir

adresse, coordonnées, informations en tout genre

• • •

Notre-Dame des Laves
453 Route Nationale 2, Piton Sainte-Rose
-21.16058, 55.8241
Accès libre

Anse des cascades
Route Forestière 29 de l’Anse des Cascades
-21.18522, 55.82703
Accès libre

La Route des Laves
De Sainte-Rose À Saint-Philippe
Depuis -21.16076, 55.82311
Jusqu’à -21.35801, 55.77025

Forêt domaniale du Grand Brûlé
Depuis -21.22021, 55.80692
Jusqu’à -21.27736, 55.79424

La pointe du Tremblet
Route Forestière 17 du Tremblet
-21.29259, 55.80588

Cratère de 1986
Route Forestière 17 du Tremblet
-21.33252, 55.8052

Restaurant La Marmite du Pêcheur

18 A RN2 Ravine Ango, Saint-Philippe

-21.353283, 55.785780
Tarif : 20-30€
lamarmitedupecheur.re

Sentier botanique de Mare-Longue
Route Forestière de Mare-Longue, Saint-Philippe
-21.35554, 55.73969
Tarif : Gratuit, accès libre.
Fiche randonnée
ONF

Cap Méchant
Route Labourdonnais, Saint-Philippe
-21.37558, 55.7107
Tarif : Gratuit, accès libre.

Cet article a 3 commentaires

  1. Nous terminons cette journée par une halte au Cap Méchant. Il s’agit de falaises de basalte escarpées dont la couleur contraste avec le bleu de l’océan. Le sol est recouvert d’une pelouse dite gazon bord de mer, zoysia tenuifolia, que les Réunionnais appellent herbe pique-fesse, je vous laisse deviner pourquoi. Le lieu est propice aux pique-nique et aux petites balades le long de la côte. On y trouve également des vacoas facilement reconnaissables grâce à leurs racines aux multiples ramifications apparente. Un peu comme si l’arbre étant monté sur pilotis. Le fruit du vacoa ou pimpin se présente sous la forme d’une boule verte constitué d’environ 300 graines. Son cœur est comestible mais nous n’avons pas eu l’occasion d’y goûter.

    1. Tu dis n’importe quoi !

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.